Opéra du Sichuan

Opéra du Sichuan

L’opéra chinois, une forme d’art qui remonte à la période des Trois Royaumes (200 après JC), est un style musical à la fois unique et diversifié. On en distingue cinq types, parmi eux, celui l’opéra du Sichuan est un des plus renommé. Les première traces remontent aux années 1700 et, bien qu’il soit le plus récent, l’opéra du Sichuan respecte les traditions pour une formidable immersion dans une culture chinoise ancestrale. Chengdu capitale de la province du Sichuan est particulièrement réputée pour profiter d’un tel spectacle.

L’opéra du Sichuan fait partie du patrimoine culturel immatériel de Chine. Il est reconnu de pour sa complexité et sa finesse. Chaque représentation utilise un maquillage ou un masquage spécifique, un style lyrique et des méthodes d’acteur propres.

Histoire

Dans l’histoire de Chine, Chengdu est le berceau de l’opéra du Sichuan. C’est aussi le meilleur endroit pour le voir. Cependant, les opéras modernes d’aujourd’hui sont loin des lieux d’origine de leur création originaires issu de villages isolés.

Contrairement à la musique d’opéra du nord de la Chine, il est issu des traditions folkloriques. Combinant coutumes rurales, dialectes, chansons et histoires, ce qui s’appelait alors l’opéra Canjun, a commencé à être joué à l’époque des Trois Royaumes. Chaque province à l’époque avait son propre style vocal ou forme musicale. Canjun les a combinés et, finalement, a formé une forme d’art commune aux représentations.

Chacun des principaux styles d’opéra (Zaju, Kunqu, Bangzi, Pihuang et Jinling) a fusionné lors de cette transition. Cette combinaison a créé des performances très populaires qui ont amené sur scène une variété de techniques et de musiques. Vous pouviez profiter d’un opéra dans la cour de quelqu’un, d’un music-hall, d’une foire. C’était vraiment partout et considéré comme la musique du peuple.

Bien que la révolution culturelle ait été dévastatrice pour une grande partie de la Chine, y compris son art, l’opéra du Sichuan a facilement rebondi par la suite. La réforme économique de la fin des années 1970 a aidé, tout comme l’évolution continue de la technologie et de la technique théâtrale. Le passionné d’opéra d’aujourd’hui peut voir le meilleur de l’ancien et du nouveau dans l’opéra chinois.

Les thèmes abordés dans l’opéra du Sichuan

Il se distingue par sa variété d’histoires. Certains disent qu’il en existe une gamme infinie, tirée de ses antécédents divers et de la vaste culture de la Chine rurale. Les opéras comiques sont un grand favori et présentent des performances spécifiques accompagnés d’exploits acrobatiques.

On dénombre plus de 800 contes, chansons, tragédies ou histoires d’amour. Lors de votre voyage en Chine, nous vous suggérons de contacter le théâtre pour voir quelles pièces sont jouées à Chengdu et de choisir celles qui vous intéressent le plus.

Trois types de changements de visage

Les changements de visage sont une grande partie de la magie de l’opéra du Sichuan. « bian lian » en chinois, c’est un important patrimoine culturel immatériel en Chine. Seuls quelques érudits en ont la compétence. Ils savent comment changer furtivement les masques comme par magie. Alors qu’ils étalent leurs bras et se tordent la tête, leurs visages changent encore et encore.

Les acteurs changent presque instantanément de visage. Cela amène des ambiances différentes, ce qui signifie que les protagonistes doivent être non seulement être rapides mais aussi habiles pour être indétectables vis à vis du public. À l’origine, le peuple chinois aurait développé cette technique pour effrayer les animaux sauvages mais, de nos jours, on ne le voit plus qu’à l’opéra.

Il y a en fait 3 façons dont les acteurs utilisent cette technique. Le premier, « Wiping Mask », utilise des produits cosmétiques. Les acteurs mettent du maquillage d’une manière qui leur permet de changer de visage. Cette peinture grasse est enlevée au moment clé. Ainsi, selon la partie du visage que l’acteur souhaite changer, il mettra de la peinture sur le front, les sourcils, les joues ou le nez. Le changement se produit en enlevant la peinture sur scène.

opera-du-sichuan

La deuxième technique est le changement de visage le plus difficile. Elle s’appelle le Pulling Mask. Cela nécessite des masques finement découpés qui sont peints pour correspondre à l’émotion. Chaque masque est attaché avec du fil de soie à une partie du costume. Lorsqu’il joue, l’interprète porte tous les masques collés sur son visage. Les masques sont retirés en fonction des changements émotionnels de la pièce. Les acteurs doivent être très habiles pour effectuer ce changement de visage.

Les fils sont cousus à leurs costumes. Ainsi, ils doivent utiliser le mouvement physique pour dissimuler la façon dont ils changent de masque. Un tel mouvement rapide peut être couvert par les mouvements de danse de la pièce. De nos jours, la technologie intervient et aide à des mouvements d’éclairage prudents ou même à l’utilisation de lasers. Rien de tout cela, cependant, n’atténue la pression sur les acteurs. Ils doivent faire chaque changement parfaitement pour protéger l’illusion.

Alors que le masque d’essuyage utilise de la peinture grasse ou des produits cosmétiques liquides, le masque de soufflage, troisième technique utilise des poudres. En un souffle, l’acteur change la couleur de son visage, en utilisant de la poudre d’argent, de peau ou d’or. Au début de la pièce, une petite boîte est posée sur la scène. Cette boîte contient toutes les poudres nécessaires.

Au moment où le changement doit se produire, il ou elle embrassera le sol. Alors qu’ils sont posés de cette manière, ils soufflent dans la boîte. Cela libère la poudre et elle est soufflée sur son visage. Tout cela se produit en quelques secondes seulement alors que le souffle de l’acteur est retenu et que les yeux sont fermés. Au moment où ils se redressent, le visage de l’acteur est d’une couleur différente, montrant l’émotion requise.

Costume de l’opéra du Sichuan

Apprenez à connaître les personnages à partir de ce qu’ils portent ! Peu de gens portent une attention particulière aux habits des personnages. Ils ont pourtant une grande importance, puisqu’ils permettent au connaisseur d’identifier rapidement le rôle de l’acteur. Il existe une grande variété de personnages et chacun a un costume spécifique. Il y a un vieux dicton populaire à l’opéra du Sichuan qui dit : « Mieux vaut porter des vêtements usés que d’être dans le mauvais costume ».

« Lorsque les acteurs apparaissent sur scène, le costume qu’ils portent indique d’abord au public qui ils sont », a déclaré Gu, un professionnel de la confection de costumes pour l’opéra du Sichuan à Chengdu.

Le design, la couleur et le motif distinguent les protagonistes pour s’adapter à des personnages de sexe, de statut social, de tempérament et d’âge différents.

Les acteurs qui jouent les rôles d’empereurs, de généraux et de ministres portent des vêtements exquis et colorés ; les xiaosheng (jeunes personnages masculins) sont habillés avec goût dans des robes de style simple ; les vêtements de dan (rôles féminins) sont des robes à manches longues.

Les robes portées par les empereurs et les concubines impériales dans la pièce sont appelées mangpao. Ce sont des costumes adaptés au rang élevé du personnage, avec des couleurs brillantes et de riches broderies, souvent avec la conception d’écailles de dragon. Les costumes portés par les généraux et les soldats ont également leru spécificités et sont appelés kaijia et kaozi.

Les personnages assimilés à des fonctionnaires, portent en fonction des circonstances le zhezi, une robe de base avec différents niveaux de broderie ou le guanyi, une simple robe avec des pièces de broderie sur le devant et le dos.

Les figurants, sans rang, portent des vêtements simples sans broderie.

Les chapeaux sont destinés à se fondre dans le reste du costume et auront généralement un niveau de broderie correspondant. Les chaussures peuvent être à semelles hautes ou basses, les premières étant portées par des personnages de haut rang, et les secondes par des personnages de bas rang ou des personnages acrobatiques.

Il existe également une règle sur l’utilisation de la couleur. Les empereurs et leurs familles portent des robes jaunes; le vert est souvent porté par hongsheng, un personnage masculin jeune au visage rouge; le blanc est pour wusheng, un personnage masculin d’âge mur; les vieux personnages masculins portent souvent du noir et du bleu.

Le changement de visage et les actions acrobatiques attirent le regard, mais une partie du mérite revient aux costumes. Certaines pièces acrobatiques nécessitent à la fois une performance de haut vol et un costume spécialisé. Si vous utilisez le mauvais tissu ou un tissu qui n’est pas finement conçu, les effets de scène seront considérablement réduits.

Le maquillage et leur symbolique

Les visages peints permettent également au public chinois de pouvoir instantanément raconter la personnalité des personnages sur scène. Généralement, le maquillage en visage rouge fait référence aux personnes loyales et droites. Le maquillage en visage noir fait référence aux personnes fidèles et directes, le maquillage en visage blanc fait référence à une personne impérieuse et perfide. Tandis que le maquillage au visage multicolore fait référence aux fantômes et aux dieux. Enfin, le maquillage au visage coloré entre les yeux et le nez fait référence au visage d’un clown.

Les maîtres d’opéra utilisent le masque intégral en soie peinte. Ils peuvent être portés en couches, jusqu’à deux douzaines d’épaisseur, et peuvent être retirés un par un. Les maîtres peuvent se décoller les uns après les autres en un clin d’œil.

L’art est considéré comme l’un des trésors nationaux de la Chine et, dans le passé, les techniques étaient des secrets bien gardés qui n’étaient transmis qu’au sein des familles. Nous savons seulement qu’ils utilisent une sorte de déclencheur dans leurs costumes pour contrôler les masques.

« Les déclencheurs des masques peuvent être cachés n’importe où sur le costume – n’importe où est possible », a déclaré He Hongqing, un changeur de visage.

Où regarder l’opéra du Sichuan ?

Opéra de Shufengyayun Sichuan propose des billets pour voir l’opéra du Sichuan à Chengdu.Ce théâtre accueille une représentation chaque soir. À partir de 20h, vous pourrez assister à un opéra traditionnel du Sichuan, goûter du thé et découvrir l’artisanat local.

Le lieu offre à la fois aux voyageurs et aux résidents la chance de voir des formes d’art traditionnelles chinoises. Dans ses efforts pour mettre en valeur le talent, l’histoire et la culture de la Chine, Shufengyayun (蜀风雅韵) aide à préserver l’histoire du pays et à la partager avec de nouveaux publics chaque jour.

Conseils avant de voir une représentation

Le théâtre est situé au 23 Qintai Road. C’est dans le parc culturel de Chengdu. Les billets sont disponibles à la billetterie et nous vous recommandons de demander des places réservées.

Vous pouvez rejoindre le théâtre par les transports en commun sur les bus 25, 46 et 103.

Appelez à l’avance pour savoir quelles pièces sont diffusées chaque jour. Contactez le théâtre en appelant le 028-87764530.

Les prix des billets peuvent être flexibles, si vous êtes prêt à marchander. Attendez-vous à payer environ 11 euros par personne.

Arriver tôt. Vous pouvez voir les acteurs se préparer et vous faire prendre en photo avec eux.

Video opéra du sichuan

Conclusion

En Chine, chaque partie du pays inspire une tradition lyrique, propre à sa région. L’opéra du Sichuan a prévalu dans sa province d’origine pendant des siècles, donnant la parole aux valeurs et à l’essence culturelle du peuple.

Partager cet article sur

Vous aimeriez…