Turfan 吐鲁番

Turfan: informations voyage

Turfan est depuis des siècles le centre d’une oasis fertile. Elle était l’une des principales étape qui jalonnaient la branche Nord de la route de la soie, avec un grand nombre de vestiges historiques ainsi que des paysages uniques. Elle portait, dit-on, le surnom de Brillante Perle de la Route de la Soie. À cette époque, les lieux où passait la route de la soie étaient la ville de Gaochang (située à 46 km au sud-est de Turfan) et la ville-garnison de Jiaohe (à 10 km à l’ouest de Turfan).

Turfan possède un climat continental sec. Les températures moyennes oscillent entre  −11 °C pour le mois de janvier à +27 °C pour le mois juillet. Elle est également réputée pour être la ville la plus chaude de Chine avec parfois avec une température pouvant dépasser à 40°C en été. Turfan est aussi caractérisée pour son aridité avec seulement 35 mm de pluies en moyenne par an.

Ici, la plupart de la population est constituée Ouïghours (70 %), viennent ensuite les Hans (22 %) et les Huis (7 %).

Quand vous voyagez à Turfan, les sites suivants sont incontournables :

Grottes aux mille bouddhas de Bezeklik

Nom Chinois :柏孜克里克千佛洞
Localisation :
A 40 km de nord-est de la ville Turfan, est située dans les montagnes flamboyantes.
Horaire d’ouverture :
 08h00-20h30
Ticket :40 RMB/per.
Durée de visite recommandée :
2-3 hrs

Aménagée sur la falaise ouest de la vallée Mutou entre les Ve siècle et Xe siècle par des moines bouddhistes sur environ un kilomètre de longueur, le site possède 77 grottes, parmi lesquelles, une soixantaine sont bien conservées et richement décorées de fresques antiques. Certaines fresques ou sculptures sont de facture et d’inspiration occidentale ou manichéenne.

A travers les sculptures de bouddhas, les œuvres vous racontent en général ce que c’était la religion bouddhiste à cette époque. La grotte n° 17 vous accorde une vision de l’enfer selon la religion manichéenne, une des religions importantes en Asie centrale au moment de la conception des grottes.

Ancienne ville de Jiaohe

Nom Chinois :交河故城
Localisation :
A 11 km de l’ouest de la ville Turfan
Horaire d’ouverture :
09h00-21h00
Ticket :70 RMB/per.
Durée de visite recommandée :
2-3 hrs

Classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, l’ancienne ville de Jiaohe est une très belle citadelle. C’est la ville basée sur la construction en terre la plus grande, la plus ancienne et la mieux préservée du monde. L’ancienne ville de Jiaohe se trouve entre deux rivières sur un plateau de lœss et une falaise et riche d’une histoire de 2300 ans.

Il  reste aujourd’hui peu de bâtiments d’origine encore debout mais le tracé de la ville reste fidèle à cette époque. Lors de son âge d’or, elle disposait  de 700 foyers, 6500 habitants et plus de 865 soldats à l’époque de la dynastie des Tang (du VIIe au Xe siècle).

L’ancienne ville de Jiaohe se distingue d’autres villes antiques par l’absence de remparts et des bâtiments troglodytes. Jiaohe faisant face à des falaises sur trois côtés profitait d’une protection naturelle exceptionnelle.

L’avenue centrale qui est longue 350 mètres de long, courre du nord au sud et sépare la ville en trois parties. A l’ouest de l’avenue, on trouve des bâtiments bas et des petits temples qui formaient le quartier populaires, tandis que les bâtiments de l’Est, plus hauts, étaient réservés aux élites. Au bout de l’avenue, se dresse un grand temple bouddhiste bien préservé, le Temple de Jiaohe, qui couvre une superficie de 5000 mètres carrés.

Tombeaux d’Astana

Nom Chinois :阿斯塔那古墓群
Localisation :
A 35 km du sud-est de la ville Turfan
Ticket :40 RMB/per.
Durée de visite recommandée :
30 mins – 1hr

Les Tombes d’Astana se trouvent dans le désert de Gobi. Elles constituent l’ancien cimetière de la ville de Gaochang où sont enterrés tous les morts des familles régnantes de Gaochang. La majorité sont des Han (Chinois) qui y furent enterrés, mais également quelques minorités ethniques locales, tels que les Turcs, les Xiongnu, les Gaoche et les Zhaowu etc.

A l’origine, les Chinois ont commencé à s’installer dans le bassin de Turfan  dans le cadre du développement des premiers échanges commerciaux avec l’occident le long de la Route de la soie, au début du Ier siècle av. J.-C. sous la dynastie des Han. Aux alentours du Ve siècle, ils formaient déjà une importante communauté à Gaochang qui était un important avant-poste militaire et contrôlaient la Route de la Soie.

Il y a 3 tombes ouvertes au public mais les photos y sont interdites. Y sont exposés des corps « momifiés » car desséchés par l’aridité de la région ainsi que de nombreux vestiges de l’époque Tang (618-907).

Minaret d’Emin à Turfan

Nom Chinois :苏公塔
Localisation :
Situé dans la ville de Turfan
Horaire d’ouverture :

08h00 – 21h00 (21/04 – 20/10)
10h00 – 18h30 (21/10 – 20/04)
Ticket :40 RMB/per.
Durée de visite recommandée :
2 hrs

Avec une hauteur de 44m, ce minaret est le plus haut de Chine. Il fut fondé en 1778 et financé par les dirigeants locaux pour honorer les exploits d’un général local de Turpan, Emin Khoja, d’où le nom « Emin ».

Le minaret d’Emin a été construit par un artisan local avec les matériaux locaux disponibles. La structure est faîtes de bois et de briques. C’est un mélange des styles ouïgours, afghans, iraniens et même chinois. Le Minaret d’Emin emmène les voyageurs en plein cœur du Moyen-Orient.

Tout en haut du minaret, un escalier en colimaçon relie une petite plateforme. De la plate-forme, vous pourrez apprécier une vue imprenable sur la ville et ses environs avec d’un côté, une belle oasis de verdure et de l’autre, un désert sans fin ainsi que les ruines d’ancienne ville.

Les puits de Karez

Nom Chinois :坎儿井
Localisation :
Situé dans la ville de Turfan
Horaire d’ouverture : 08h00 – 17h00
Ticket :40 RMB/per.
Durée de visite recommandée :
3 hrs

Les puits de Karez sont en fait une série de puits reliés par un canal souterrain en pente douce prenant sa source au pied des Montagnes Tianshan et  Flamboyantes. La fonte des neiges de ces montagnes constituent la source d’alimentation des puits de Karez. L’eau est recueillie par des puits verticaux et menée par les canaux souterrains à l’oasis de Turpan où l’eau est gérée pour l’irrigation. Les puits verticaux près de la source d’eau plongent à 100 mètres de profondeur, tandis qu’en aval ils ne dépassent pas 10 mètres.

Ce système d’irrigation est manifestement un emprunt technologique à la culture Ottomane qui le développa à grande échelle en Iran pour acheminer l’eau des monts Zagros  dans les zones arides d’Ispahan à l’intérieur du pays.

Ce système de canaux d’irrigation souterrains comprend un total de 1 600 kilomètres de tunnels dans le district de Turfan. Il permet à la population de Turpan de bénéficier d’un approvisionnement en eau stable tout au long de l’année.

Que voir et que visiter dans le Xinjiang et ses environs